Le pont des Amoureux

Le temps était compté - un extrait de Kauma, roman de Sebastian Regert

 » Théo emmena Élisa près du fleuve :

– Le pont des Amoureux! annonça-t-elle.

La rambarde de droite était saturée de cadenas. Celle de gauche, curieusement, n’en comptait que quelques-uns.

– Pourquoi est-ce qu’il n’y en a quasiment pas ici ? demanda Élisa.

– De ce côté, c’est les histoires qui finissent mal, ricana la jeune femme.

Théo sortit un cadenas de son sac. Elisa reconnu l’objet, qui verrouillait plus tôt l’accès aux tableaux de son aïeule :

– T’avais ça là-dedans !

– Surprise ! gloussa Théo.

Élisa se sentit rougir. Elle vit son amie se munir d’un petit marqueur, tracer « Élisa + Théo » sur le cadenas, puis lui tendre :

-Tiens, mets quelque chose.

– Quoi ?

– Ce que tu veux, on s’en fout.

Élisa dessina un cœur. Théo reprit l’objet, regarda les autres :

– C’est quand même mignon, cette connerie. Bon, on le met où ?

– Y a plus trop de place de ce côté-là…

Elles cherchèrent un moment un endroit où le placer. La rambarde de droite était tant sollicitée que certains avaient attaché leur verrou à celui d’autres couples.

– On ne le met pas sur celui d’un autre, décréta Théo. Ça craint !

Elle s’avança vers la gauche :

– On n’a qu’à le mettre là, c’est pareil.

Élisa voulut protester, mais le cadenas fut verrouillé, son sort scellé.

En quittant le pont des Amoureux, elle se répéta qu’il eut été préférable d’accrocher le cadenas à celui d’un autre couple, sur la rambarde de droite. »

 

 

Le pont des Amoureux, extrait de Kauma©, roman de Sebastian Regert.

Laisser un commentaire